La commotion cérébrale homer-simpson-wallpaper-brain-1024.jpg

J'aimerais partager avec vous quelques informations concernant la commotion cérébrale. Une commotion cérébrale peut être causée par de nombreux chocs: un coup direct à la tête, un coup à la mâchoire, un mouvement de rotation et d'accélération soudaine, et une décélération brusque de la tête peuvent tous entraîner les signes et les symptômes d'une commotion cérébrale.

Définition
Syndrome clinique caractérisé par une détérioration post-traumatique immédiate et transitoire de la fonction cérébrale, comme une modification de l'état de conscience, une perturbation de la vision, de l'équilibre ou des deux, secondaire à une attaque du tronc cérébral. brainstem-large.jpg

La commotion cérébrale dans les sports ne trouve pas de lésion évidente au moyen d'examens comme les rayons x, les tomographies par ordinateur ou les IRM. On ne sait pas encore totalement ce qui arrive au cerveau mais, après la blessure, il ne peut pas fonctionner normalement et demeurer vulnérable à d'autres lésions pendant une certaine période. La durée de cette période de vulnérabilité n'est pas connue.
Échelle de gravité 2:
La commotion cérébrale peut générer un éventail de symptômes et est classée comme suit:
􀂉 Grade 1, gravité légère (confusion, pas d'amnésie, pas de perte de conscience)
􀂉 Grade 2 gravité modérée (confusion et amnésie, pas de perte de conscience)
􀂉 Grade 3 gravité sévère (Perte de conscience)

Symptômes

Il est d'une importance capitale de savoir qu'un blessé ou une blessée n'a pas à perdre conscience pour être victime d'une commotion cérébrale. Les symptômes précis qui succèdent à une commotion cérébrale peuvent comprendre une sensation d'engourdissement, la tête qui tourne, des troubles de mémoire, de la confusion, un manque de coordination, un mal de tête, des nausées.


À propos du retour au jeu
Le retour au jeu dans une activité de contact par un(e) patient(e) qui manifeste toujours des symptômes présente de très grands dangers .La conséquence la plus grave constitue le syndrome du second impact. C'est une affection rare mais habituellement mortelle ou même un coup en apparence faible porté à un cerveau affligé d'une commotion cérébrale amène un œdème cérébral massif.

Le retour au jeu d'un patient qui présente des symptômes s'est de plus révélé accroître le risque de commotion cérébrale subséquente, de prolongation de la présence de symptômes découlant de commotions cérébrales et d'autres blessures. Les symptômes peuvent aussi augmenter avec tout type d'exercice après la blessure, donc on recommande une reprise progressive des activités physique set un retour au jeu établi selon un protocole spécifique3. On a également prouvé que les commotions multiples peuvent mener à des changements permanents et irréversibles, voir des pertes de mémoire, des difficultés de concentration, des maux de tête, etc.
Étapes de retour au jeu à la suite d'une commotion cérébrale
1. Aucune activité, repos complet
2. Un exercice léger comme la marche ou la bicyclette stationnaire
3. Une activité propre au sport
4. Pratique sur le terrain propre au sport sans contact corporel
5. Pratique sur le terrain
6. Retour au jeu
Conclusion
􀂃 Vous n'avez pas à perdre conscience pour avoir une commotion cérébrale. les
symptômes sont souvent subtils.
􀂃 Ne retournez jamais au jeu si vous présentez un des symptômes
􀂃 Effectuer un retour par étapes
􀂃 Portez un équipement de protection adéquat.4
Il s'agit d'un ébranlement du cerveau subit suite à une chute ou à un coup sur la tête, accompagné d’une perte de connaissance ou de mémoire temporaire ou initiale. La substance réticulée ascendante qui est située a l’arrière du cerveau et qui est responsable du maintien l’éveil.[]
Dans les radiographies du cerveau on ne voit pas les lésions .Le traumatisme crânien a provoqué une perte de connaissance immédiate après le contact. Le patient est assommé. Le réveil survient après quelques secondes - minutes - heures après le traumatisme en fonction de l'importance du choc. Il existe parfois des troubles de la mémoire récente. Une surveillance médicale ou neurochirurgicale s'impose pour dépister les possibles complications secondaires : L’hématome extradural est un épanchement de sang entre un os du crâne et une membrane entre le crane et le cerveau. C’est une des conséquences possible d'une commotion cérébral.
Les traumatismes crâniens et lésions rachidiennes sont une des causes de mortalités les plus souvent chez le jeune adulte qui demandent un examen clinique et radiologique rapide qui a lui seuls permet une prise en charge adapté au patient.
Bien que rare (2 à 5% des traumatismes crâniens), elle représente une urgence chirurgicale de par sa première place dans la hiérarchie lésionnelle (la hiérarchie des lésions). L’hématome extradural est la préoccupation majeure dans la surveillance immédiate de tout traumatisme crânien.
Une perte de connaissance ou une commotion légère isolée restent souvent sans conséquences. Elles peuvent entraîner un syndrome post-commotionnel qui est un syndrome qui peut apparaître suite a une commotion cérébral.

fr.wikipedia.org/wiki/Traumatisme_cr%C3%A2nien
fqbo.qc.ca/pdf/commotion_cerebral.pdf